Les nuisances sonores à PORTS-sur-Vienne

Les travaux nocturnes du 13 novembre au 22 décembre 2017

Nuisance sonore nuit 13 nov au 22 dec 2017

Les nuisances sonores de PORTS-sur-Vienne

L'impact de la LGV

En 2012, le chantier de la LGV est ouvert et laisse, sur le territoire communal, une marque indélébile de nuisance par son impact visuel et sonore.

Pour satisfaire à l'intérêt national, sur une décision de Monsieur Raffarin alors 1er Ministre de la France, la commune de PORTS-sur-Vienne est sacrifiée pour la 4ème fois de son histoire (la catastrophe de l'effondrement du coteau de PORTS en 1880, l'autoroute A10 en 1976 et l'arrasement du barrage de maisons rouges en 1998)

Le territoire est amputé d'une grosse partie par l'emprise de l'infrastructure ferroviaire, la D18 est déviée pendant une année pour assurer la construction d'un second pont de franchissement des voies autoroutières et ferroviares.

L'Etat va attribué une subvention de compensation de 172 500 € qui vont être engloutis en 2013 par la municipalité en place dans une rénovation de la place du village dont le montant des travaux, en final, va dépasser les 500 000 €...

Les nuisances sonores à PORTS-sur-Vienne

Depuis 1976, date de mise en service de l'autoroute A10, la commune de PORTS-sur-Vienne est impacté par le bruit sur l'ensemble de son territoire

L'impact de l'autoute A10

L'impact de la LGV

Les travaux nocturnes du 13 novembre au 22 décembre 2017

 

 

 

Les nuisances sonores de PORTS-sur-Vienne

L'impact de l'autoroute A10

En 1976, l'autoroute A10 est mis en service et laisse sur le territoire communal une marque indélébile de nuisance par son impact visuel et sonore.

Sans précaution, ni compensation, pour satisfaire à l'intérêt national, la commune de PORTS-sur-Vienne est sacrifiée pour la 2ème fois de son histoire (la catastrophe de l'effondrement du coteau de PORTS en 1880)

Le territoire est amputé d'une grosse partie par l'emprise de l'infrastructure routière, la D18 est déviée et reconstruite pour assurer le franchissement des voies autoroutières et l'ancien tracé laissé à l'abandon, sans aucune préoccupation de la SANEF et de l'Etat. Il faudra attendre 2012, avec le chantier LGV, pour que l'Etat, daigne faire quelques mesures compensatoires au titre de l'autoroute !