Blue Flower

La Ligne Grande Vitesse Sud Europe Atlantique

 

Selon wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/LGV_Sud_Europe_Atlantique) La LGV Sud Europe Atlantique (LGV SEA), également commercialement dénommée LGV L'Océane par la SNCF depuis avril 2016, est une ligne à grande vitesse française mesurant 302 kilomètres, ainsi que 38 kilomètres de nouveaux raccordements. Sa mise en service a eu lieu le 2 juillet 2017.

 

Cette infrastructure impacte très fortement les unités paysagères traversées et la vie quotidienne des habitants qui en subissent les conséquences, notamment en terme de nuisances.

L'Association des Communes d'Indre et Loire - Projet LGV Sud Europe Atlantique à laquelle appartient la commune de PORTS-sur-Vienne s'est créée le 12 mai 2005 (voir statuts)

 L'association conduit différentes actions pour faire valoir les droits des territoires et de leurs habitants à vivre dans un espace protégé dans lequel les infrastrures de communication doivent être précautionneuses de leur environnement

 

Par ailleurs, l'Etat a mis en place une commission départementale du sivi des engagement de l'Etat dans le cadre de la réalisation de la ligne LGV SEA.

Les documents suivants relatent, depuis 2014, les travaux de la commission départementale dont les travaux sont conduits par Monsieur le Sous-Préfet de Chinon

2015
2016
2017
2018

 

 

 

 

Les nuisances sonores à PORTS-sur-Vienne

Les travaux nocturnes du 13 novembre au 22 décembre 2017

Nuisance sonore nuit 13 nov au 22 dec 2017

Les nuisances sonores de PORTS-sur-Vienne

L'impact de la LGV

En 2012, le chantier de la LGV est ouvert et laisse, sur le territoire communal, une marque indélébile de nuisance par son impact visuel et sonore.

Pour satisfaire à l'intérêt national, sur une décision de Monsieur Raffarin alors 1er Ministre de la France, la commune de PORTS-sur-Vienne est sacrifiée pour la 4ème fois de son histoire (la catastrophe de l'effondrement du coteau de PORTS en 1880, l'autoroute A10 en 1976 et l'arrasement du barrage de maisons rouges en 1998)

Le territoire est amputé d'une grosse partie par l'emprise de l'infrastructure ferroviaire, la D18 est déviée pendant une année pour assurer la construction d'un second pont de franchissement des voies autoroutières et ferroviares.

L'Etat va attribué une subvention de compensation de 172 500 € qui vont être engloutis en 2013 par la municipalité en place dans une rénovation de la place du village dont le montant des travaux, en final, va dépasser les 500 000 €...